EXPOSITION Saison IV Expo 1 | Du 21 septembre au 4 novembre 2006

L’AIGUILLAGE GALERIE
expose du 21 septembre au 4 novembre 2006.

Eric Citerne
Raynald Driez
Sabine Planès
Peintures

•Vernissage jeudi 21 septembre à partir de 19h
(18 h pour les membres de l’Aiguillage).

•Contacts :
Corinne Bertelot - Pierre Gérard: 01 45 84 52 46 - 06 72 91 59 19.

•Horaires
du lundi au vendredi de 12h à 18h30
samedi de 14h à 18h30, et sur rendez-vous.
Fermeture exceptionnelle du 29/09 au 01/10/06 inclus.

Ça respire encore…

Défendre la peinture, ce n’est pas pour nous privilégier une forme plutôt qu’une autre. L’Aiguillage expose une fois par an des photographes et régulièrement des sculpteurs. Mais mettre en avant des artistes dont le geste s’inscrit dans une tradition qui commence aux grottes de Lascaut, dont le courage artistique s’inscrit de plain-pied dans une histoire de l’art, nous paraît un champ à découvrir.
Car il s’agit de courage. Une résistance face au formatage de l’art contemporain : de ses artistes, de ses critiques, et par là même de son public. Pour la plupart atteint du syndrome de Panurge.
« La malédiction de l’humanité et la raison qui provoque l’écroulement d’une civilisation après l’autre, c’est qu’on a laissé l’imagination tomber dans un état de stagnation, se congeler. On a permis au torrent de se solidifier. L’art lui rend sa fluidité ». c’est Charles Morgan qui dit cela en 1936… Pendant des années, il a été entendu qu’il n’y avait plus rien à attendre de la peinture. Mais quelques irréductibles ont continué à travailler. Après leurs glorieux aînés, Eric Citerne, Raynald Driez, Sabine Planès arrivent sur la scène artistique. Leurs peintures, avec des moyens différents, ne donnent pas dans la demi-mesure : parfois outrancières, souvent violentes dans leurs sujets, avec des contenus autobiographique forts. Ils prennent des risques formels audacieux et abordent des thématiques radicales.
Des artistes qui nous démontrent qu’il est encore possible d’innover, tout en se référant à une tradition picturale. Eric Citerne, Raynald Driez, Sabine Planès, n’ont pas abdiqué et ne sont pas prêt de s’y résoudre. Ils nous font croire et dire avec eux : ÇA RESPIRE ENCORE…






Eric Citerne
Né à Paris en 1972, vit et travail à Ivry-sur-Seine

Les œuvres d’Éric Citerne sont figuratives et nourries du libre bénéfice de l’expressionnisme-abstrait. Sa palette est nourrie de couleurs vives, ses formats sont grands. Il se dégage de ses tableaux une puissance et une énergie où la poésie est toujours présente. La force de son trait et de son expression révèle une soif et une jubilation de peinture.

Formation
Diplôme National d’arts Plastique de l’école des Beaux Arts de Rouen.
Expositions collectives :
2005 « 80 artistes à la défense », Paris.
Galerie Arcima, Paris.
Galerie Claire de Villaret, Paris.
2004 Salon d’automne, Paris.
« L’homme au cœur de l’art contemporain », 1er prix d’encouragement, Niort.
Salon Figuration Critique, Paris.
2003 Galerie Claire de Villaret, Paris.
Le Bateau Barge, Paris.
2002 Galerie Claire de Villaret, Paris.
« Hommage a Victor Hugo », salon.
de la figuration critique, Calvados.
2001 Fondation d’Art Contemporain Daniel & Florence Guerlain, Paris.
1999 Gallery 355N., Chicago, USA.
Galerie Dialogue, Paris.
1998 Galerie Marion Meyer, Paris.
10ème foire Internationale D’Art Contemprain de Francfort.
1997 Domaine de Mont-Evray, Nouan-le-Fuzelier.
1996 Galerie Dubellay, Rouen.


"Cuirasse de samuraï n° 1" 210/112 cm - 2005 - acrylique et collage sur bois


"Cuirasse de samuraï n° 2" 195/130 cm, 2005, acrylique et collage sur toile






Raynald Driez

Formation
1994 Entrée à l’école des beaux-arts de Bordeaux.
1999 Diplôme National Supérieur d’Etude Plastique.

Expositions collectives :
2005 Galerie Julio Gonzales – Prix Antoine Marin.
Salon de Montrouge.
2004 Novembre à Vitry
Galerie le Rire Bleu, Figeac.
« Face à Face », La Source, Villarceaux.
2003 Galerie le Rire Bleu, Figeac.
2001 FNAC, Bordeaux.

Expositions personnelles :
2005 « La Source », La Guéroulde.
2004 Opendoors/Openeyes, Nov’art Bordeaux.
Son’Art, Bordeaux.
2003 Galerie le Rire Bleu, Figeac.
Galerie A Contrario, Limoge.
2001 Galerie Ellison Marshall, Bordeaux.

Résidences :
2004 La source, Villarceaux.
2003 La Source, La Gueroulde.
2002 La Pommerie, Saint-Setier.

Prix
2005 3ème <prix Antoine Marin.
2002 Aide individuelle à la création.


"Deux trous dans un trou" huile sur toile - 114/146 cm - 2006


Sans titre - huile sur toile - 114/146 cm - 2006






Sabine Planès
Formation
diplôme des Beaux-Arts et des Arts Décoratifs de Paris

Expositions
2006 Le Rayon Vert, Nantes
2005 Favre Galéria, Barcelone, Espagne
Galerie Pierre Marie Vitoux, Paris
Le Rayon Vert, Nantes
2004 La halle Saint-Pierre, Paris
Red Box, Barjols
Galerie Pierre Marie Vitoux, Paris
Galerie Geneviève Favre, Avignon
2003 The Affordable Art Fair, Arlev Art Gallery, Londres
2002 Galerie Pierre Marie Vitoux, Paris
Galerie Geneviève Favre, Avignon
Salon Mac 2000, Paris
The Affordable Art Fair, Arlev Art Gallery, Londres
2001 Galerie Pierre Marie Vitoux, Paris
Galerie Geneviève Favre, Avignon
2000 Salon Mac 2000, 3ème prix du public, Paris
1999 Galerie Pierre Michel D., Paris
1998 Galerie Artocarpus, Paris
1997 Galerie des 6, Paris
Salon d’art contemporain, Bagneux
1996 Galerie des 6, Paris
Arts en Parisis, Villeparisis

Sabine Planès transpose sur ses toiles la misère humaine complètement dépouillée de ses envies et de ses espoirs. Son sens de la mise en scène donne à son œuvre une densité théâtrale assez proche d’un Bacon ou d’un Giacometti. Son ancien métier de chef décoratrice lui a permis de créer des décors pour des opéras et des films et d’affiner son sens de la scénographie. A travers un voyage intimiste, la peintre brouille les cartes, en semant le visiteur dans le labyrinthe de ses souvenirs d’enfance et autres tranches de vie. Le plus surprenant se révèle par le truchement de juxtapositions des plans des sujets et des espaces. Le regard se promène pour se perdre littéralement dans la toile, et très vite, les repères habituels volent en éclats. Le premier plan n’est-il pas le dernier ? l’œil entre et sort en profondeur pour à loisir reconstituer l’œuvre. A l’intérieur d’une répartition des masses à la fois chaotique et harmonieuse, dansent alors silhouettes et objets familiers, entre rêve et réalité. Un vrai requiem en lumière.


"Si ce n'est toi, c'est donc..." acrylique Mixte - 89/130 cm - 2005/2006


"Il semble que la misère serait bien moins..." acrylique mixte - 89/116 cm - 2005/2006