EXPOSITION Du samedi 16 mai au mardi 30 juin 2009

L’AIGUILLAGE GALERIE
présente

JEAN-PHILIPPE DESFARGES, sculpteur

du 16 MAI au 30 JUIN 2009
VERNISSAGE LE SAMEDI 16 MAI A PARTIR DE 18H00
Ouverture exceptionnelle de l’exposition dans le cadre des Journées Portes Ouvertes des Frigos
samedi 16 MAI de 13h à 20H et dimanche 17 MAI de 13h à 20h
Nouveaux horaires et jours d’ouverture :
du mardi au vendredi de 12h à 18h, 
fermé les samedis et dimanches

A NE PAS MANQUER :
Les Portes Ouvertes des Frigos, samedi 16 et dimanche 17 mai,
où durant tout le week-end, plasticiens, musiciens et artistes
de tout ordre, ouvrent leurs ateliers au public.
Programme sur le site des Frigos : www.les-frigos.com




JEAN-PHILIPPE DESFARGES « Fil-de-fériste en apesanteur, aux structures mobiles et arachnéennes, Jean-Philippe DESFARGES, sculpteur, travaille les fils d'acier, d'aluminium ou d'inox, développe des silhouettes aériennes en volume, des visages purs aux profils en tiges, tricote des demi-anges ou façonne à main nue un plongeur suspendu en plein vol. Parfois réalisés d'un seul jet de fer, parfois articulés en plusieurs pièces, ses personnages ou fragments de personnages, peuvent, selon qu'ils sont dans l’air, plantés dans le sol ou posés sur des stèles, vibrer, bouger légèrement ou s'infléchir dans l'espace, suivant leurs propres courbes.

Ce passionné de peinture aborigène et de tout ce qui touche à l’étoffe des rêves, cet “intermittent-voyageur”, fan de glisse et de destinations lointaines (après des années de jeunesse passées en Guyane et au Brésil), se lance d’abord dans la peinture, alliant le pointillisme et la vivacité des couleurs primitives au graphisme entortillé des personnages du dessinateur new-yorkais Keith HARING, ses deux sources d’inspiration initiale. De retour à Paris, il devient intermittent du spectacle, ce qui lui permet de concilier sa passion des voyages et son besoin de création, avec la découverte du fil de fer, qu’il tortille parfois même sur les tournages, toujours armé de son Leatherman fétiche (version pour adulte du couteau Suisse, modèle “ Wave” ça ne s’invente pas !). Il développe de plus en plus l’activité de fil de fer et expose à la galerie l’Epicure, rue des trois Frères, à Montmartre.

L’Aiguillage galerie propose ici un parcours-découverte sur plus de dix ans de cet artiste singulier, alliant le métal et le bois, entre poésie, savoir-fer et créativité.
Une recherche particulière sur la présentation des sculptures, qui joue sur la hauteur du plafond, suspendues par du fil de pêche ou bien qui enchâssent de leurs fils terminaux des stèles rectangulaires de bois vieilli, ou reposent sur des plexi dépolis très purs, comme des suspensoirs mobiles permettant de voir l’oeuvre sous toutes ses facettes ...
A noter, La grande dame de fer, pièce-maîtresse de plus de trois mètres, avec ses miroirs en éclipse, tout en mouvement mobile sous sa crinoline de fer, pour peu qu’on l’agite, ainsi qu'une surprenante table en bois, réalisée en binôme avec le “designiste” (contraction de machiniste-designer !) François Bert, avec le pendule de la silhouette en fil de fer qui s’insère comme un battant dans la surface évidée. Oeuvre sur laquelle on peut même déjeuner, le temps de l’exposition ! (une autre particularité du lieu :  la cantine associative de l’Aiguillage galerie, initiative conviviale qui incite à rester sur place ...) »
Mai 2009, Paris, Isabel Bertelot pour l’Aiguillage galerie.